Comparateur mutuelle hospitalisation

Auteur : La rédaction Comparatif Mutuelle     -     Mise à jour : 85 jour(s)

Pourquoi souscrire une mutuelle hospitalisation ?

L’hospitalisation engendre souvent d’importants frais. Pour se faire rembourser ceux qui ne sont pas pris en charge par l’Assurance maladie, il est conseillé de souscrire une mutuelle hospitalière. Cette dernière peut proposer une couverture partielle ou totale. Il est possible d’inclure au contrat :

  • un service d’assistance pour des membres de la famille ;
  • le versement d’une indemnité journalière ;
  • une Aide au retour à domicile.

Il convient de noter que même si une personne est généralement en pleine forme, souscrire une complémentaire santé lui permet de se prémunir d’un accident. En principe, l’Assurance maladie ne couvre que 80 % des frais d’hospitalisation lorsque l’on est hospitalisé dans une clinique conventionnée ou un hôpital public. Le reste à charge sera alors remboursé par la complémentaire santé. Il peut parfois revenir très cher.


>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES MUTUELLES SANTE <<

D’autre part, 50 % des interventions chirurgicales entraînent des dépassements d’honoraires. La raison est que 70 % des médecins-chirurgiens pratiquent des honoraires libres. D’où l’intérêt également de trouver une bonne mutuelle hospitalisation. Parmi les dépenses que l’Assurance maladie ne prend pas toujours en charge, figurent encore les frais annexes parmi lesquels on peut citer :

  • le forfait journalier ;
  • les frais d’accompagnant ;
  • la chambre individuelle.

Quels sont les frais d’hospitalisation ?

Les frais d’hospitalisation peuvent être classés en deux grandes catégories :

  • ceux à la charge du patient ;
  • ceux remboursés par l’Assurance maladie.

Frais à la charge du patient

Le ticket modérateur correspondant à 20 % des frais que l’Assurance maladie ne prend pas en charge. C’est au patient de s’occuper de son remboursement.

D’autre part, il convient de savoir qu’il doit régler également le forfait hospitalier qui s’élève à une vingtaine d’euros par jour, dans le cas où l’hospitalisation dans un établissement conventionné durerait plus de 24 h.

Comparateur mutuelle hospitalisation

D’éventuels suppléments, appelés frais de confort, constituent également des frais à la charge du patient. Parmi ceux-ci figurent :

  • les appels téléphoniques ;
  • la chambre particulière ;
  • la télévision.

Comme cité précédemment, les dépassements d’honoraires s’ajoutent à la liste. Tous ces frais peuvent être remboursés par la complémentaire santé hospitalisation.

Par ailleurs, des frais indirectement liés à l’hospitalisation restent aussi à la charge du patient. Durant le séjour à l’hôpital, la garde des enfants en fait par exemple partie.

Quant à la perte de salaire causée par l’arrêt de travail, l’Assurance maladie ne verse que des indemnités journalières à la personne hospitalisée. Elles sont plafonnées et correspondent seulement à 50 % de la rémunération de base.

Frais pris en charge de l’Assurance maladie

Selon la situation du patient ainsi que du type de contrat qu’il a souscrit, sa mutuelle ou l’Assurance maladie peut rembourser tout ou une partie de sa facture d’hospitalisation. À l’issue du séjour hospitalier, le montant de cette dernière varie selon :


>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES MUTUELLES SANTE <<

  • le service il a été admis ;
  • la durée du séjour.

En toute logique, l’admission pour une petite intervention chirurgicale lui coûtera alors moins cher qu’un séjour en réanimation.

Il convient également de noter que le montant de toute exigence particulière doit lui être communiqué avant qu’il bénéficie de la prestation. Parmi les frais à régler à la fin d’un séjour dans un hôpital public, on distingue généralement :

  • le forfait journalier hospitalier ;
  • les frais de séjour ;
  • les frais de confort ;
  • les dépassements d’honoraires.

Les situations où les frais d’hospitalisation peuvent être totalement pris en charge sont nombreuses. Celle d’un nouveau-né en fait par exemple partie dans les 30 jours suivant sa naissance. C’est également le cas lorsque :

  • le patient bénéficie de la Couverture maladie universelle ;
  • un enfant mineur subit des sévices sexuels.

Le patient peut également profiter d’un remboursement à 100 % s’il a droit à la perception d’une :

  • pension d’invalidité ;
  • pension de veuf invalide ;
  • pension vieillesse ;
  • pension militaire ;
  • rente pour accident de travail, avec un taux d’incapacité minimum de 60 %.

Concernant ce dernier cas, la prise en charge totale s’étend à ses ayants droit.

De même, il est possible de se faire rembourser entièrement :

  • à compter du 31e jour d’hospitalisation consécutif ;
  • lors des quatre derniers mois de la grossesse ;
  • lors de l’accouchement ;
  • 12 jours après l’accouchement ;
  • lors d’une maladie professionnelle, d’un accident de travail ou encore d’un acte de terrorisme.

Important : d’ici l’année 2022, tous les hôpitaux seront tenus de communiquer à tout patient les détails du coût du séjour hospitalier, en précisant ce qui lui est remboursé et non.

Outre la durée du séjour et le service dans lequel le patient est admis, le coût d’une hospitalisation dépend également de :

  • l’établissement (privé ou public) ;
  • de la région ;
  • de la ville.

>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES MUTUELLES SANTE <<

Il est tout aussi important de savoir que le prix d’une journée d’hospitalisation s’élève en moyenne à :

  • 1 370 euros dans un service de médecine ;
  • pas moins de 3 000 euros en soins intensifs ;
  • 1 700 euros dans un service de chirurgie.

Notons également que la part des salaires du personnel représente 70 % du tarif journalier d’une hospitalisation. Ce dernier comprend aussi :

  • les médicaments et dispositifs médicaux à hauteur de 13 % ;
  • les charges fixes de l’ordre de 9 % ;
  • la part de l’immobilier à 8 %.

En détail, la Sécurité sociale rembourse en grande partie les frais de séjour liés à une hospitalisation, incluant par exemple :

  • les coûts de bloc opératoire ;
  • la rémunération du personnel ;
  • les soins avant et après une intervention ;
  • les coûts d’entretien.

Par ailleurs, certains cas ouvrent droit à un remboursement total. L’hospitalisation liée à une affection de longue durée en fait partie.

Important : même en cas de remboursement total, les frais de confort et le forfait journalier restent généralement à la charge du patient.

Qu’est-ce que la garantie hospitalisation seule ?

Tout d’abord, avant toute signature de contrat, il est essentiel d’accorder davantage d’attention aux détails suivants :

  • plafonnement de garanties en matière de coût ou de durée ;
  • le contenu des garanties proposées (wifi, télévision, etc.) ;
  • effet immédiat ou délai de carence ;
  • dépassements d’honoraires ;
  • exclusions des prestations ;
  • assistance à domicile ;
  • prise en charge de la garde d’animaux (lorsque l’hospitalisation dure plus de 48 h) ;
  • hospitalisation à domicile ;
  • prise en charge au prorata des dépenses réelles ou remboursement forfaitaire.

Auparavant nommé la « chirurgicale », la garantie hospitalisation seule est une mutuelle qui protège seulement les risques d’hospitalisation. Elle vient compléter la prise en charge offerte par la Sécurité sociale, mais n’inclut donc pas les couvertures telles que :

  • les garanties optiques ;
  • les garanties dentaires.

Elle convient surtout aux personnes :

  • ayant rarement des problèmes de santé ;
  • prêtes à régler elles-mêmes différents postes de dépense santé.

Ne remboursant que les dépenses liées à l’hospitalisation, elle a un faible coût alors que la couverture proposée reste intéressante.


>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES MUTUELLES SANTE <<

En effet, elle couvre tout de même entre autres :

  • la télévision ;
  • les dépassements d’honoraires ;
  • la chambre seule.

En règle générale, il est possible de faire bénéficier la couverture à son conjoint, mais pas aux enfants.

Comment fonctionne le remboursement d’une hospitalisation ?

À la suite d’une hospitalisation, il est préférable d’envoyer le bon de sortie sans attendre à l’Assurance maladie pour obtenir un remboursement dans les meilleurs délais. Au cours d’un séjour au sein d’un établissement conventionné, cette dernière prend en charge les frais à hauteur de 80 %. La différence variera non seulement en fonction du prix de l’intervention, mais également du surplus pris par l’anesthésiste et le chirurgien.

Pour rappel, c’est souvent en allant dans une clinique non conventionnée pratiquant des honoraires libres que l’on doit régler un reste à charge plus important. Concernant la mutuelle, il est possible d’éviter d’avancer les frais, en effectuant une demande d’accord de remboursement avant l’entrée à l’hôpital, sauf si des dépassements d’honoraires sont appliqués.

Il est bon de noter que la Sécurité sociale ne rembourse pas :

  • le ticket modérateur, soit 20 % des frais d’hospitalisation ;
  • le forfait hospitalier ou journalier incluant les frais d’entretien et d’hébergement ;
  • les dépassements d’honoraires ;
  • la chirurgie non liée à une pathologie, c’est-à-dire qui est purement esthétique ;
  • les éventuels frais de confort.

Par ailleurs, elle prend en charge :

  • la chirurgie esthétique réparatrice (remboursement total sur la base du tarif conventionnel) ;
  • 80 % des frais d’hospitalisation (les médicaments, les prothèses, les analyses ou encore les radiographies) ;
  • quelques soins pré et postopératoires.

Important : afin d’obtenir un remboursement, il faut prévoir divers documents en plus du bon de sortie. Parmi ceux-ci, on retrouve par exemple le bulletin de situation.

Au sujet des frais d’hospitalisation pris en charge à 80 %, ils correspondent aux frais qui sont directement liés au traitement du patient. Ils comprennent les divers actes médicaux, dont :

  • le traitement médicamenteux ;
  • l’intervention chirurgicale.

>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES MUTUELLES SANTE <<

Les frais d’hospitalisation incluent également :

  • la rémunération du personnel soignant (infirmiers, médecins, etc.).
  • le coût inhérent à l’utilisation de différents appareils (le scanner par exemple).

Soulignons que des taux de remboursement s’appliquent aussi à certains actes réalisés avant et après le séjour à l’hôpital. À titre d’exemples, la consultation d’un anesthésiste, qui se déroule généralement avant la réalisation d’une intervention chirurgicale, est prise en charge à hauteur de 70 %. Par ailleurs, les éventuelles séances de rééducation sont remboursées à 60 %.

Dans tous les cas, le reste à charge peut être assumé par le patient ou sa complémentaire santé. Il lui est également possible de se faire rembourser partiellement ou totalement les frais de confort et les dépassements d’honoraires par cette dernière.

Il convient aussi de noter que pour le forfait journalier hospitalier et les frais de séjour, le reste à charge varie considérablement selon la situation du patient. S’il est assuré social, son montant est souvent plus faible. Dans le cas où il serait bénéficiaire de l’Aide médicale de l’État, il est exonéré du forfait journalier hospitalier, en plus d’être remboursé à 100 % par l’Assurance maladie.

Par ailleurs, lorsqu’il ne correspond à aucun de ces deux profils, il est redevable de l’intégralité des frais d’hospitalisation. En cas de difficulté financière, il peut demander l’aide de l’assistance sociale pour :

  • constituer un dossier de demande d’Aide médicale de l’État ;
  • s’affilier à l’Assurance maladie.

À propos des étrangers couverts par une assurance voyage, leurs droits seront observés par le Bureau des admissions afin d’estimer le montant à leur charge. C’est également le cas pour les ressortissants de l’UE.

Comment bien choisir une mutuelle d’hospitalisation ?

Pour trouver la mutuelle hospitalière idéale, il est conseillé de se pencher non seulement sur les remboursements des frais de séjour à 80 % par l’Assurance maladie, mais également sur ceux :

  • des dépassements d’honoraires ;
  • du forfait hospitalier ;
  • des frais de confort ;
  • de tous les soins ne faisant pas l’objet d’une prise en charge ;
  • des services d’aide à domicile ;
  • des frais d’accompagnant ;
  • des cours de soutien scolaire durant la convalescence ou l’hospitalisation.

De la même manière que pour d’autres mutuelles santé, il est tout aussi important d’accorder une attention particulière :

  • aux exclusions ;
  • aux garanties ;
  • au délai de carence ;
  • aux plafonds de prise en charge ;
  • aux divers services proposés.

Il est tout aussi important de comprendre que juste avant, pendant et après une hospitalisation, le retour à la santé doit être le seul sujet de préoccupation du patient et non la facture. Il convient également de savoir que la mutuelle hospitalisation s’adresse surtout aux personnes :

  • en bonne santé ;
  • aux revenus modestes ;
  • d’un âge avancé.

Il est possible de la prendre seule, sans les garanties dentaires et optiques. Cette option présente généralement un bon rapport qualité-prix. Il arrive que le remboursement atteigne 400 % du tarif conventionnel. La plupart du temps, elle prend pourtant en charge :

  • les dépassements d’honoraires ;
  • la chambre individuelle ;
  • le wifi ;
  • la télévision.

Dans certains cas, elle couvre même :

  • le lit d’accompagnement ;
  • la non-exclusion des établissements privés ;
  • la prise en charge des animaux au cours de l’hospitalisation.

Dans tous les cas, avant de choisir entre la mutuelle générale et la mutuelle hospitalisation seule, il est primordial d’effectuer des demandes de devis et de les comparer afin d’avoir une idée plus claire sur les remboursements.

Economisez 45% sur votre mutuelle !

Comparer

Ces contenus pourraient également vous intéresser

Economisez 45% sur votre mutuelle santé

Comparer les mutuelles